Articles les plus consultés

Signer les souvenirs

Recueil édité en mai 2019 chez Aencrages and Co avec des gravures de Anne Slacik
Lauréat du Prix Simone de Carfort de la Fondation de France

Disponible en librairie sur commande.

Émaillé de volcans, de fleuves et de roses, Signer les souvenirs est une mosaïque d'impressions et de scènes au fil d'un voyage en Équateur. Au gré des rues de Quito, la capitale, ou de rencontres dans la forêt amazonienne, des noms et des prénoms reviennent, ainsi que des couleurs, comme ce bleu profond des toiles du peintre équatorien Oswaldo Guayasamín.



Signer les souvenirs, ISBN : 9782354390969


"Attendant le bus
Avec la docilité du chiot tiré par l'enfant qui avance
Avec la stratégie de l'insecte qui sacrifie une patte pour se sauver
je suis les jours qui passent
L'attente de quelque chose de plus grand
A la mesure de l'écho que renvoie la forêt au moteur de pirogue "





Namaran

Commande de la Haute École des Arts du Rhin (Mulhouse), du conservatoire de Mulhouse et de la Filature - Scène Nationale.

Ce texte a été sélectionné au Festival Mange ta grenouille de Prague. Il est mis en lecture par le metteur en scène et compositeur Ian Mikyska avec Edita Valásková et Jakub Vaverka.



- Il faut quitter les grandes villes, aller vers l'Ouest.
 

- Il y a des paysages de sable gris, des soleils sans nuances.
 

- A peine un ossement d'oiseau. 

- Si on s'éloigne encore plus, on trouve des petites étendues d'eau, des lacs dispersés.
- Il y a des panneaux qui indiquent encore la ville.
- Namaran.
- Un mot étrange qui évoque la brûlure du sel sur la peau.
- Namaran ?
- C'est une langue perdue, celle des premiers peuples qui ont été chassés.



Entretien sur le texte 

Besos de Lota

Cette pièce est une commande de la Compagnie Ariadne mis en scène par Sylvie Mongin Algan avec les comédiens du CUT de Mexico. Il a été traduit par Manuel Ulloa Colonia.

Besos de Lota est une pièce jeune public qui voyage entre la France et le Chili.
Angela est une petite française dont le père vit au Chili, dans une ancienne ville minière nommée Lota. Rêvant de cette ville qui lui est inconnue, elle invente toute une géographie parallèle, peuplée de voix, de tunnels et d'oiseaux ...

Crédit photo : Mascarille, Emile Zeizig

Avec : Marya Sotelo, Ximena Martínez, Valentina Manzoni, Xochitl Franco, Vania Belmont, Pilar Ruiz, Alejandrina González, Maritza Nevárez, Karla Rodríguez, Emmanuel Pavia, David Martínez, Cecilia López, Ernesto Rocha, Francisco Sánchez, Sebastián Cobos, Abraham González, Erick Sánchez 
Assitants mise en scène : Anaid Bohor y Carlos Omar Lozano 
Chargé-e-s de production : Francisco Álvarez et Zaira Concha 
Scénographie : Mauricio Arizona 
Costumes : Julia Rempe, Malaury Flamand
Création sonore : Danae Le Guennic
Coordination technique : Javier Loza

Une vie Une oeuvre Arthur Adamov

Une émission de Laura Tirandaz, réalisée par Ghislaine David pour France-Culture

Arthur Adamov, au centre de l'arène (1908 -1970)

Portrait d'Adamov par son ami Antonin Artaud


Né dans une riche famille russo-arménienne puis exilé à Paris sans argent, Arthur Adamov laisse une œuvre littéraire troublante et combative. Dramaturge admiré en son temps, il aimait que son théâtre soit « le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent ».

Textes lus par Marie-Armelle Deguy, Dominique Laidet et Édith Scob.

Les poèmes lus par Édith Scob sont publiés aux éditions URDLA.

Merci à Jean-Pierre Han, Soazig Oligo et l'ENSATT, l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre.



Sillons

Poème édité chez Æncrages & Co
 
Texte de Laura Tirandaz

Coll Voix de chants
Avec les linogravures de Judith Bordas


Inspiré d’un port de Méditerranée, Sillons est une promenade dans une ville, au travers de ses rues, ses places, ses scènes de la vie quotidienne. Dans ce poème en prose, différents motifs se croisent et certains personnages reviennent, une femme avec un enfant, une autre qui attend, un homme à une terrasse. Sillons entraîne le lecteur dans une réalité captée toute entière à travers la matière du corps, des visages et des gestes. Ce présent qui échappe et que l’œil cherche à déceler, avec avidité et inquiétude, avant que le soir ne tombe.

La critique de Philippe Leuckx dans La cause littéraire



"Sillons des dunes sillons des cous des femmes l'une frotte sa paume
graisse la peau et le sillon se perd dans l'épaule cachée ce n'est pas
tout à fait l'été

Un homme allongé dans les rochers noirs il attend il est encore dans
sa nuit odorante et sirupeuse et pourtant la lumière tire les rideaux la
roche est découverte et restent ses pieds rouges crevassés sales les
ongles jaunes striés sur le sable ils dépassent"


ISBN : 9782354390853
Disponible en librairie




Pain et ballon

Poème édité dans la revue Bacchanales Corps en mouvement, avec des images de Cécile Beaupère

"Pain et ballon. L'expression n'est pas de moi, ces quelques syllabes ont rebondi dans les rues de Naples, dans les quartiers humides, les pentes, les escaliers brisés, Pane e pallone, jusqu'à ce que Carlo la répète, déposant sur le terrain de foot lyonnais son enfance napolitaine.

Têtes prêtes à pivoter
Des bleus d'outremer
aplatis au couteau
Ce qui dans cet amas
ressemble à un joueur
déchiré par l'ombre"



Maison de la poésie Rhône-Alpes
33, avenue Ambroise Croizat
38400 Saint-Martin-d’Hères

Des étés plus longs que d'autres

Le documentaire Des étés plus longs que d'autres a été lauréat de la bourse Brouillon d'un rêve de la SCAM  il a été co-produit par la RTBF et diffusé dans l'émission Par Ouï-dire de la RTBF.

Documentaire sélectionné dans la catégorie Archives de la parole de la BnF (Phonurgia Nova Awards 2017).

 Il est disponible et ré-écoutable sur le site de la radio


L'un était footballeur, une autre musicienne, lui revenait d'une soirée arrosée, une autre allait au travail, tôt le matin. L'une se souvient du pantalon qu'elle portait, une autre de l'odeur du bitume. Le documentaire reprend le fil des souvenirs de ces quatre personnes, avant l'accident, pendant et après. Elles évoquent ce qu'elles ont perdu, ce qu'elles ne pourront plus faire, la manière dont leur vie a été transformée et ce qu'elles ont réalisé depuis. Chacun retrace les perceptions de son corps et la transformation de ses propres désirs.

"Elle m'écrit
me parle des chambres partagées, des respirations qui se répondent
sur les portes des poignées basses
Elle m'écrit
Mon lit est comme une île le sable très blanc et j'attends qu'on vienne me chercher
C'est un lit pour une personne, ma fille peut juste s'asseoir à côté de moi
Mon lit est toujours défait toujours brûlant"
Laura Tirandaz



© Lou Camino / Hans Lucas