Articles les plus consultés

bibliographie

Théâtre
Les figurantes, dans le recueil La liberté est un mot qui refuse de se taire
Namaran, traduit en tchèque (Festival Mange ta grenouille)
Le Viaduc (texte pour adolescents), dans Troisième Regard, Éditions Théâtrales 
Le dernier miroir (opéra pour enfants)
Besos de Lota (texte jeune public), traduit en espagnol (Mexique) par Manuel Ulloa
Martina 
Choco Bé, Éditions Tapuscrits, Théâtre Ouvert, traduit en allemand par Frank Weigand
Hôtel Resort
Variation Le Fils

Poésie 
Signer les souvenirs, Éditions Æncrages & Co
SillonsÉditions Æncrages & Co
J'ai cessé de me rêver ailleurs, pour saluer André Breton, Éditions La passe du vent
Azizam, édité dans la Revue Rumeurs, Éditions La Rumeur libre

Radio
Arthur Adamov, au centre de l'arène, Une vie Une œuvre, France-Culture
Des étés plus longs que d'autres, Radio Télévision Belge Francophone (RTBF), Bourse Brouillon d'un rêve de la SCAM
La prochaine fois tu viens, Arte Radio
Phonurbaine, produit par Théâtre Le Tricycle, diffusé sur radio Grenouille, Radio Campus Paris et Besançon

Je saluerai encore le soleil de Forough Farrokhzâd

Audio poème Je saluerai encore le soleil, réalisé par Laura Tirandaz sur le soundcloud de la Revue Venins.

Poème de Forough Farrokhzâd
Avec les voix de Farzaneh Zarrin, Suzana, Ardeschir Tirandaz et Laura Tirandaz. 

Prise de son et mixage de Jean-Baptiste Veyrieras





Image : Détail du livre d'artiste Je saluerai encore le soleil, traduit du persan par Laura et Ardeschir Tirandaz, avec les encres de Elisabeth Bard (Livre d'artiste édité chez Æncrages & Co)

Revue Venins

Couple, un poème de Forough Farrokhzâd, traduit par Laura et Ardeschir Tirandaz est associé à une estampe de Datura stramonium, plante hautement vénéneuse et à une calligraphie à partir d'un poème de Sohrâb Sepehri, autre poète de la She'er now, mouvement poétique du XXème siècle en Iran.

Ici, une critique de la revue par Hugo Pradelle pour Ent'revues.






Je saluerai encore le soleil

 به آفتاب سلامی دوباره خواهم داد

Poème de Forough Farrokhzâd et peintures de Martine Jaquemet
Traduction du persan par Laura et Ardeschir Tirandaz


Deux séries de livres d'artiste avec des peintures originales de Martine Jaquemet et Elisabeth Bard, publié chez Æncrages & Co.


"Je saluerai encore le soleil
Le ruisseau qui coulait en moi
Les nuages où s’attachaient mes pensées sans fin
Et l’essor douloureux des peupliers du jardin
Qui traversaient avec moi les saisons sèches"







Au sujet de Forough Farrokhzâd
Née en 1935, Forough Farrokhzâd est une poète et cinéaste iranienne, figure de proue de la She’er now (Nouvelle poésie). Ce mouvement littéraire des années 60 a bouleversé la métrique classique persane. Entre 1955 et 1967, Forough Farrokhzâd a écrit cinq recueils et réalisé un film-poème documentaire, La maison est noire. Son œuvre entremêle des images de son quotidien et des échappées lyriques et mélancoliques d’une rare sensualité. Elle meurt dans un accident de voiture à l’âge de 32 ans. Son cinquième et dernier recueil, Croyons en l’aube d’une saison froide, a été publié à titre posthume. Bien qu’extrêmement célèbre en Iran, sa poésie demeure hélas peu connue en France.





Joe (Fiction radiophonique)

Partir d'un prénom, d'une disparition, celle de Joe, et chercher son souvenir dans les rues de la ville. La rumeur enfle : il paraît qu'on l'a vu dans d'autres pays, là au Chili, là en Palestine. Les voix se complètent, se contredisent, redessinent la silhouette de l'absent.

Cette courte fiction radiophonique a été réalisée dans le cadre du stage « nouvelles fictions sonores » avec Alexandre Plank et Antoine Richard (Phonurgia Nova, Arles).

Mixage de Benoit Déchaut et Alexandre Plank

Musique de Baptiste Tanné

Vous pouvez entendre la fiction sur le site de Phonurgia, ICI


"Certains partent en laissant leurs familles, enfant, couple, parents, amis.

Ils oublient leurs clés, leurs papiers, leurs cartes de crédit

Ils abandonnent leur travail,  une boutique, des dettes

Certains partent un jour, sans explication"


Les figurantes

Les figurantes est un texte court, issu d'une commande de la SACD et la SSA. Six écrivaines, Aurianne Abécassis, Véronique Bergen, Gerty Dambury, Magali Mougel, Antoinette Rychner et Laura Tirandaz, ont écrit à partir d'une citation de Aslı Erdoğan : "La liberté est un mot qui refuse de se taire".

Les pièces - lues par les écrivaines - sont associées à la musique de Fred Costa (compositeur et interprète) et mises en scène par Nathalie Fillion, avec la collaboration de Marieva Jaime-Cortez.

Les textes sont édités à l'Avant scène Théâtre.

"Elle s'appelle Louise
Louise en talons hauts
Louise en tailleur bleu
Couleur électrique petites épaules
Elle referme la porte et tourne la clé
Le regard baissé son poignet tremble
Les veines emmêlées
Des nœuds sous la peau"
Les figurantes








Signer les souvenirs

Recueil édité en mai 2019 chez Aencrages and Co avec des gravures de Anne Slacik


Émaillé de volcans, de fleuves et de roses, Signer les souvenirs est une mosaïque d'impressions et de scènes au fil d'un voyage en Équateur. Au gré des rues de Quito, la capitale, ou de rencontres dans la forêt amazonienne, des noms et des prénoms reviennent, ainsi que des couleurs, comme ce bleu profond des toiles du peintre équatorien Oswaldo Guayasamín.



"Attendant le bus
Avec la docilité du chiot tiré par l'enfant qui avance
Avec la stratégie de l'insecte qui sacrifie une patte pour se sauver
je suis les jours qui passent
L'attente de quelque chose de plus grand
A la mesure de l'écho que renvoie la forêt au moteur de pirogue "

Un article de Philippe Leuckx


14 exemplaires de tête avec des monotypes de Anne Slacik