Articles les plus consultés

Théâtre et réalité Chronique 1 : Quelques prolégomènes



Surréalisme, infra-réalisme, réalisme-magique, où que se tourne notre regard sur les différents mouvements picturaux ou littéraires du siècle dernier, le réalisme semble être la grande question qui agitait ces artistes. Le théâtre a bien-sûr et peut-être plus que tout autre été traversé par cette problématique, la mise en scène posant doublement cette question. Et notre époque ne déroge pas à la règle, si ce n'est qu'aujourd'hui l'authenticité semble être le garant de la qualité. Comme tout bon produit AOC me direz-vous. Il s'agit donc d'être « vrai », de dire la vérité, celle du réel, sans que l'on sache bien ce qui se cache sous ce mot. Mais on l'agite, voici un bel argument de vente, tel spectacle dirait le réel, sans fard et sans chichis, le texte étant issu de vrais témoignages, avec de vraies personnes. « Le monde comme si je n'étais pas là pour le dire. »1 ironisait Baudelaire au sujet de cette fureur d'authenticité qu'il voyait dans les arts car bien sûr l'affaire n'est pas nouvelle.


Cet engouement pour l'authentique relègue l'image et la représentation dans la fable, en dédramatisant ainsi leur importance dans notre société et dans notre histoire. Cela me semble à la fois triste et naïf car c'est oublier ce que les images ont gravé dans nos inconscients et nos âmes. « Une image, ce n'est pas bien méchant. C'est pourtant la pire forme d'oppression que l'homme ait inventée »2 disait Jean Cohen parlant de l'image des Algériens pervers et corrompus véhiculée afin de justifier la colonisation. Combien d'images avalons-nous chaque jour, images de l'amour, de la réussite, du bien-être, comment ces images tentent-elles de nous influencer, d'orienter notre désir, ne s'agit-il pas d'une lutte de tous les instants ?

Le théâtre – peut-être par le biais des personnages, des archétypes ou des situations dont il joue peut être l'un des lieux de cette lutte voire de cette bataille des images que Jean Genet mettait en scène dans ses pièces. Dans sa pièce Les Paravents, il montre des lieutenants de l'armée française durant la guerre d'Algérie – discutant de la beauté des soldats, qu'ils meurent en étant beaux, peu importe l'issue de la guerre, la bataille se tiendra ailleurs, peut-être dans les dorures des galons ou dans l'éclat des bottes. Le lieutenant s'adressant à ses soldats : « Que les profils se renvoient des profils et que l'image que vous offrirez aux rebelles soit d'une si grande beauté, que leur image qu'ils ont d'eux ne pourra pas résister. Vaincue. Elle tombera en morceaux. Cassée... Ou comme la glace : fondue. Victoire sur l'ennemi : morale. »3

Nier que les images – les récits – les fables participent et surgissent du réel autant que les documentaires, c'est refuser de mener bataille. Ne pas inventer d'autres représentations, ne pas troubler les clichés, ne pas chercher à « déchir(er) les rires banania sur tous les murs de France »4, ne pas répondre aux arguments publicitaires de l'authenticité par la vérité de nos désirs, par le scandale de nos corps et de nos imaginaires, c’est déserter les lambeaux mêmes de nos rêves.

1 Cité in Claude Simon, Quatre conférences
2Cité in Sidi Mohammed Barkat, Le corps d'exception : les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie
3Jean Genêt, Les Paravents
4Léopold Sédar Senghor, Hosties noires


Chronique écrite dans le cadre du festival Regards Croisés du comité de lecture Troisième Bureau en mai 2014